lundi 19 septembre 2011

L'empreinte écologique, la consommation d'énergie, et l'effondrement qui s'annonce.


Voici la traduction d'un article de François Cellier, un professeur de simulation numérique des systèmes de l'ETH Zurich qui résume assez bien les liens entre emprunte écologique, population, énergie et dynamique des systèmes. Cela  fait donc le lien entre le post précédent et les post suivants qui parlerons de "limits to growth". Si vous n'avez pas le temps de tout lire, prenez quand-même une minute pour examinez le premier schéma.
L'article d'origine en anglais est disponible  ici sur the Oil Drum.


Capacité de charge et empreinte écologique :

Vous avez juste fini de préparer le déjeuner pour quatre personnes quand votre fils entre soudainement en demandant si son ami peut rester pour le déjeuner. Le repas préparé pour quatre personnes doit alors en nourrir cinq. Ce n'est pas vraiment un problème. Les membres de la famille reçoivent simplement un peu moins que ce qu'ils auraient reçu autrement.

Ce court récit illustre pourquoi le concept beaucoup discuté de capacité de charge de la planète Terre est imparfaite. Il est tout à fait possible de répartir les richesses disponibles entre plusieurs personnes. La conséquence sera tout simplement que moins est disponible pour chacun.
Pour cette raison, Mathis Wackernagel , directeur général de la Global Footprint Network , a développé un concept alternatif appelé empreinte écologique.

L'empreinte écologique d'une personne est une mesure de la quantité de terre dont une personne a besoin pour produire tout ce qu'il ou elle consomme: nourriture, vêtements, énergie, logement, les outils qui sont nécessaires pour fabriquer les vêtements, etc Sous contrat par les Nations Unies et le Gouvernement suisse, Mathis et son équipe a calculé la empreinte écologique moyenne par habitant de beaucoup de nations sur cette planète. Le Suisse moyen consomme environ 5,5 hectares (13,6 acres), l'américain moyen occupe environ 10 hectares (24,7 acres), tandis que l'habitant moyen de Madagascar survit avec 0,5 hectares (1,2 acres) seulement. L'habitant moyen sur cette planète se sert actuellement de 2,2 hectares (5,4 acres).


Relation entre Emprunte Écologique et Indice de Développement Humain (HDI) à l’échelle des pays.
Mathis a ensuite pris la totalité des terres arables disponibles sur la planète et l’a divisé par la population actuelle de 6,5 milliards de personnes. Ceci produit un encombrement disponible par habitant de 1,8 hectares (4,4 acres).
Il a ensuite tracé l'empreinte écologique des différentes nations par rapport a leur indice de développement humain (IDH) , une mesure de la qualité de vie de leurs habitants.

Pour que les habitants de la planète terre puissent mener une vie décente, sans taxer les ressources de la planète d'une façon insoutenable, chaque nation devrait donc consommer moins que les 1,8 hectares par habitant de l'empreinte écologique disponible, tout en obtenant un IDH de 0,8 ou mieux.

Ainsi toutes les nations doivent s'efforcer de voir leurs "points" sur le graphe passer dans la zone orange dans le coin inférieur. Actuellement, il n'y a qu'une seule nation qui ait son point à l'intérieur de la boîte orange. Cette nation se trouve être Cuba . Afin de progresser vers un monde durable, nous devons tous devenir ... non-pas Berlinois, mais Cubains.



Cette courbe en forme de banane peut être approché par trois tangentes distinctes. La ligne presque horizontale rouge en bas représente principalement les nations africaines. La bonnes nouvelle est qu'il devrait être possible de les déplacer vers la droite, c'est à dire dans le sens d'une meilleure qualité de vie, presque sans augmenter leur empreinte écologique. Ces nations se débrouille avec une emprunte vraiment réduite, surtout parce qu'ils ne peuvent pas se permettre de gaspiller quoi que ce soit. Ils prennent soin d'utiliser leurs rares ressources disponibles de façon presque optimale.

La seconde tangente plus à droite (incliné) représente les nations européennes. Leur pente est plus raide parce qu'ils vivent plus de gaspillage. Les gens en Suisse chauffe leurs maisons en hiver et les refroidissent en été plus que ce qui serait nécessaire; ils ont parfois une maisons de campagne qu'ils chauffent ou éventuellement refroidissent, même dans les moments où ils ne sont pas présents, ils gardent leurs ordinateurs allumes 24 / 7, et Enfin, ils achètent des produits alimentaires qu'ils oublient dans leurs réfrigérateurs et congélateurs jusqu'à ce qu'ils soient pourris et doivent être jetés.

Enfin, il y a une troisième tangente verticales représentant les Etats-Unis et les Emirats Arabes Unis . Ils consomment tout simplement parce qu'ils peuvent sans améliorer leur qualité de vie davantage.

Alors, quelle est la capacité de charge de la planète? Si nous voulons vivre de façon durable, comme les Cubains, nous aurons besoin de réduire nos effectifs de 20% à 5 milliards de personnes. Si nous souhaitons tous vivre comme des Américains, nous devons réduire notre nombre à environ 1 milliard de personnes. Enfin, si nous décidons de vivre aussi mal que les gens de Madagascar , Alors nous pouvons tripler notre nombre à 20 milliards et vivre malheureux pour toujours.
Malheureusement, l'expansion est dans nos gènes. Les Cubains voteraient volontiers pour devenir le 51 ème État de l'union, si cela leur permettrait de circuler dans ces gros 4x4 tentateur et magnifique; s'ils pouvaient chauffer leurs maisons à 24C en hiver tout en les refroidissant à 18C en été; et enfin, si leurs supermarchés apportaient toute la nourriture dont ils puissent rêver à un prix abordable 24 heures par jour et sept jours par semaine.


Consommation d'énergie et dépendance aux combustibles fossiles:

À l'heure actuelle, nous satisfaisons nos besoins énergétiques presque exclusivement par la combustion de combustibles fossiles. Tout le reste est la cerise sur le gâteau. Par conséquent, si les combustibles fossiles deviennent indisponibles, nous avons un réel problème. Permettez-moi de quantifier notre consommation d'énergie actuelle :

Type d'énergie
EJ / an
%
Huile
160
38
Charbon
100
24
Gaz
90
21
Biomasse
30
7
Nucléaire
25
6
Hydro
15
4


Les trois types de combustibles fossiles: pétrole, charbon et gaz naturel, représentent ensemble 83% de notre consommation énergétique. Les unités utilisées dans le tableau, EJ / an, représentent des exajoules par an. Nous en sommes actuellement a consommer 420 EJ / an, ce qui correspond à 13 TW (térawatts).

Bien que nous soyons définitivement accroc aux combustibles fossiles, la plupart des utilisations qui sont actuellement assurées par les combustibles fossiles pourrait tout aussi bien être assurées par d'autres moyens. Par exemple, il n'est pas nécessaire de chauffer nos maisons par le biais de systèmes de chauffage central au mazout. On pourrait utiliser des pompes à chaleur électriques à la place. Nous utilisons autant de combustibles fossiles tout simplement parce qu'ils représentent actuellement la solution la moins chère. Tant que l'électricité est vendue à un prix trois fois supérieur à au fuel, pourquoi devrions-nous envisager de changer nos systèmes de chauffage?

Le problème est que nous seront à court de pétrole bon marché assez rapidement. Une fois que le prix du pétrole brut s'élève à $ 200/barrel, chacun en Suisse voudra remplacer l’usage du pétrole par l’utilisation de pompes à chaleur. Quand cela arrivera, où trouverons-nous l'électricité nécessaire pour répondre à l'accroissement soudain de la demande?
Comme il est possible de remplacer un type d'énergie avec un autre, il est logique de discuter de la consommation d'énergie simplement en termes d'unités de puissance, plutôt qu'en termes de barils de pétrole.

Si l'on divise 13 TW par 6,5 milliards de personnes, nous obtenons 2 kW par personne. La Suisse dispose actuellement d'une consommation énergétique par habitant de 5,5 kW, alors que le Etats-Unis ont une consommation énergétique par habitant de 10 kW. Si nous traçons la consommation énergétique des différentes nations contre l'IDH, on obtient un graphique qui est presque identique à la courbe empreinte écologique, simplement en remplacement hectares par kilowatts. La consommation d'énergie et l'empreinte écologique sont proportionnelles. a notion d’'empreinte a l'avantage qu’elle peut être interprété dans le contexte de la durabilité, alors que la consommation d'énergie a l'avantage d'être plus facilement calculable et avec plus de précision.

Sachant que nous vivons au-dessus de nos moyens, La Suisse a entre-temps adopte le but de réduire la consommation d'énergie par habitant en 2050 par un facteur de 2,75, la création d'une société à 2000 Watt . Étant les bons citoyens que nous sommes, nous devons arrêter de vivre au-delà de nos moyens et revenir à un style de vie durable.

Ce n'est pas si facile. En 1950, peu après la fin de la deuxième guerre mondiale, la consommation d'énergie par habitant dans La Suisse était de 1 kW. Cependant à cette époque, il n'y avait guère de voitures au alentours, il y avait pas d'ordinateurs et de téléviseurs, le ménage moyen avait une radio et un lecteur de disques; de nombreuses maisons n'avaient pas encore de chauffage central , c'est à dire que le salon était chauffée par un poêle à bois. Les lits étaient chauffée localement à l'aide de sacs de jute remplis de noyaux de cerises. Les sacs étaient préalablement chauffé dans un compartiment spécial du poêle dans le salon.

Beaucoup peut être accompli par une meilleure isolation des maisons. Les maisons neuves peuvent et doivent être construites des maisons minergie tandis que les maisons anciennes doivent être mises à niveau. Jem’attend a ce que le gouvernement suisse adopte une loi sans doute en 2010 qui va forcer les gens qui consomment plus de 10 litres de mazout par an et par mètre carré de surface chauffée a mettre à niveau leurs habitations ou a réduire la température ambiante en conséquence. Des incitations fiscales seront offertes au besoin.

Le système de transport public de La Suisse est actuellement l'un des meilleurs au monde. Néanmoins, la plupart des Suisses préfèrent utiliser des voitures privées. Pourtant, déjà, les lois ont été votées qui entreront en vigueur en 2008, qui puniront sévèrement les propriétaires de véhicules énergivores, ce qui, espérons le, convaincra plus de gens à acheter des véhicules plus petit et plus économes en énergie . Cela sera-t-il suffisant?

J'ai récemment assisté à la réunion annuelle de l' Académie suisse des sciences techniques (SATW) . Lors de cette réunion, un ancien PDG de la compagnie d'électricité du Canton de Neuchatel, Charles Rognon, a fait une présentation sur les politiques énergétiques suisses. La Suisse est dans une position assez bonne vis a vis de la production d'électricité. Nous obtenons actuellement 65% de notre électricité à partir de centrales hydro-électriques, 30% provenant de sept centrales nucléaires, et les 5% restants de tout le reste. En particulier, nous produisons moins de 2% de notre électricité à partir de combustibles fossiles. Bien sûr, l'électricité ne représente qu'une petite partie de nos besoins énergétiques tout entier.

Rognon a montré un graphique sur lequel il a affiché les "réserves prouvées" d'énergie dans les années 2050. Il a supposé que nos centrales hydro-électriques doivent continuer à produire la même quantité d'énergie en 2050 qu'elles ne le font maintenant. Cette hypothèse tient, sauf si le réchauffement climatique fait fondre nos glaciers d'ici là. Il a également accepté des hypothèses (un peu optimiste) faites dans la Feuille de route: Énergies Renouvelables en Suisse qui stipulent que nous devrions être en mesure de doubler la production d'énergie renouvelables (hydraulique, solaire, éolienne, géothermique) d'ici 2050. Il laissa tomber les combustibles fossiles, car ils peuvent ne plus être disponibles d'ici là, et il a aussi abandonné le nucléaire en raison de la pression politique pour fermer les centrales nucléaires.

En utilisant les sources d'énergie "prouvées" seulement, la Suisse ne disposerait que de 1 kW d'énergie par habitant en 2050, c'est à dire que même la société à 2000 watts envisagée est une chimère, sans d'autres sources d'énergie. Le message caché est que nous ne pouvons pas fermer nos centrales nucléaires. Afin d'atteindre notre objectif de 2 kW par personne, nous aurions besoin de doubler notre puissance nucléaire et augmenter l'efficacité de ces centrales actuellement 33% à 50% en utilisant l'excès de chaleur pour le chauffage des maisons dans les villages voisins plutôt que de le rejeter dans nos rivières comme nous le faisons maintenant.

Pourtant, même si nous parvenons à disposer de 2 kW par personne en 2050, la société à 2000 Watt ne peut pas être réalisé seulement par une meilleure isolation des maisons et la conduite de voitures plus petites. Il y a une relation directe entre la consommation d'énergie et la productivité. En Réduisant la consommation d'énergie, nous devront passer a la ligne inclinée rouge dans le diagramme empreinte, c'est à dire, non seulement que nous ne serons plus en mesure de gaspiller de l'énergie mais nous allons tous être nettement plus pauvres aussi. Notre HDI sera réduit de 0,9 à 0,8. Nous allons devenir Cubains, et nous n’aimeront pas ca.

La séduction de la croissance exponentielle :

Adonnons nous a un petit jeu. Nous allons simuler une chaîne de lettres de synthèse qui obéit à l'ensemble de règles suivant:
  • Une lettre de la chaîne porte deux adresses, l'adresse de l'expéditeur et l'adresse de l'expéditeur de l'expéditeur.
  • Après avoir reçu la lettre de la chaîne pour la première fois, le destinataire envoie 1 $ à l'expéditeur de l'expéditeur. Il envoie ensuite la chaîne de lettres à 10 nouveaux bénéficiaires, à nouveau avec deux adresses, sa propre adresse comme celle de l'expéditeur et l'adresse de l'expéditeur comme celle de l'expéditeur de l'expéditeur.
  • La lettre n'est envoyée qu’au États-Unis
  • Chaque destinataire répond à la lettre de la chaîne exactement une fois. S’il reçoit la lettre pour une deuxième fois, il la jette tout simplement.
Nous avons besoin de règles spéciales pour fournir les conditions initiales:

  • L'initiateur envoie 10 lettres avec une seule adresse, et n’envoie de l'argent à personne.
  • Si une lettre est reçue avec une seule adresse, le destinataire, il envoie à 10 personnes nouvelles avec deux adresses. Un tel destinataire n‘envoie d'argent à quiconque.
C'est une manière de faire de l'argent merveilleuse et totalement illégale. Chaque participant devrait gagner 99 $ sur la transaction.

J'ai rapidement programmé ce jeu pour le simuler. Voici les résultats :




Le graphique supérieur montre la population infectée. Déjà après sept générations, la population entière des États-Unis a été contaminée. Le graphique du bas montre la quantité d'argent que les participants ont gagne dans ​​l'affaire. Toute personne qui participe dès le début reçoit 99 $ comme prévu. Ceux qui participeront plus tard perdent 1 $.

Les participants au cours de la phase de croissance exponentielle du jeu consomment l'argent envoyé par les générations futures, alors que ceux qui participent au cours de la phase de stagnation envoient de l'argent aux générations passées.

Ce comportement est vrai pour tous les modèles de croissance exponentielle. Pendant la phase de croissance exponentielle, c'est à dire, tandis que la dérivée seconde de la courbe de croissance est positif (la courbe a une forme de "U"), nous empruntons de l'argent de l'avenir, et pendant la phase de stagnation, c'est à dire, alors que la dérivée seconde de la courbe de croissance est négatif (la courbe de croissance est en forme de "n" ), nous remboursons la dette accumulée.

En fait, nous sommes moins bien lotis pendant la phase de stagnation que dans l'état d'équilibre, parce que dans la phase d’état stationnaire , la dérivée seconde de la courbe de croissance est nulle, nous avons remboursé tous les restant de notre dette et nous sommes maintenant libre de dettes.

Alors que l'envoi de lettres en chaîne est totalement illégal pour les individus, ce n'est pas illégal pour les gouvernements. En fait, c'est comme ça toute notre économie fonctionne.

Lorsque nous prêtons de l'argent a la sécurité sociale, il n'est pas investi dans le but de nous être rembourse avec intérêt une fois nous nous partirons a la retraite. Cet argent est utilisé directement pour payer un revenu de retraite a nos parents et grands-parents. L’administration de sécurité sociale s'appuie simplement sur ​​un nombre croissant de jeunes gens pour financer leurs fonds, de sorte que nous pouvons recevoir un revenu une fois que nous partirons à la retraite.

Le système vit de la croissance exponentielle et est conçu pour faire faillite une fois le modèle de croissance exponentielle arrive à son terme.

Pourtant, ce n'est pas seulement un problème avec la sécurité sociale. Il est l'un des principaux moteurs de notre système économique tout entier. Notre économie a été optimisé pour exploiter une croissance exponentielle, et une fois que la croissance exponentielle se termine, il est conçu pour échouer.
Pour cette raison, nous ne pouvons pas compter sur les forces du marché pour nous sortir du dilemme de la croissance exponentielle. Nos chefs d'entreprise et les politiciens ont tout intérêt (à court terme) a la préservation de la croissance exponentielle pour aussi longtemps qu'ils le peuvent.

Ce dont nous avons besoins est une CEA, une organisation appelée Croissance exponentielle anonyme avec un plan strict en en douze étapes ":
  • Nous admettons que nous étions impuissants devant la croissance exponentielle - que notre monde est devenu ingérable.
  • Nous avons adoré le principe chaîne de lettres.
  • Nous avons volé de l'argent de nos enfants pour soutenir notre addiction à la croissance exponentielle.
  • Nous avons menti sans vergogne et sans pitié, afin de soutenir notre dépendance.
  • Nous avons même été prêt à commencer des guerres, si cela avait permis de soutenir notre addiction un peu plus longtemps.
Nous pouvons autant compter sur nos dirigeants d'entreprises et nos politiciens pour résoudre notre problème de croissance exponentielle, que nous pouvons compter sur des drogues pour régler un problème de toxicomanie.

Modèles du monde et effondrement en puissance :

Durant les 35 dernières années, des chercheurs ont tenté de modéliser la dynamique du monde dans le but d'acquérir une meilleure compréhension des forces qui animent la dynamique des populations, l'utilisation des ressources, la gestion des déchets et l'économie mondiale.

L'un des principaux contributeurs à ce corps de recherche est Dennis Meadows , l'un des auteurs du livre Halte à la croissance . Parallèlement dans sa troisième édition, le livre continue d'offrir une introduction utile, peu coûteuse et facile à lire quant à notre connaissance collective concernant la dynamique du monde.

Les modèles du monde sont basés sur des interactions plausibles entre les différentes variables qui sont considérés comme essentiels pour gouverner les modèles dynamiques. Les interactions elle-même sont modélisés en utilisant les données statistiques recueillies dans différents pays. Par exemple, il est proposé que le taux de natalité est fonction de l'indice de Développement Humain (IDH), comme nous l’avons observé, dans les pays avec une haute valeur IDH, le taux de natalité est généralement beaucoup plus faible que dans les pays avec un IDH faible valeur .
Différents modèles du monde peuvent utiliser différentes relations qui régissent un ensemble différent de variables clés, mais ils sont tous basés sur les mêmes principes. Un ensemble de relations cohérentes est formulé qui peut alors être simulé pour obtenir des ensembles de comportements qui sont compatibles avec ces relations.

Si vous lisez le livre de limites à la croissance avec l'espoir de trouver une prévision sur notre avenir, vous serez déçu. Personne ne peut prédire l'avenir avec un certain degré de fiabilité au-delà d'un horizon de temps assez court. Ce que le livre montrent en revanche est comment le modèle peut être manipulé pour générer différentes comportement qui sont tous compatibles avec les hypothèses (relations internes) sur laquelle le modèle est basé.

Le livre traite de 10 scénarios différents, dont la plupart, mais pas tous, montrent un effondrement, c'est à dire une diminution rapide de la population mondiale peu après l'an 2030. Entre 2030 et 2070, environ, la population mondiale diminue de quelque part autour de 7 milliards de personnes à quelque part autour de 1 milliard de personnes.

Dennis Meadows mis à jour son modèle du monde (World3) d'une édition du livre à l'autre par l'ajout de nouvelles données statistiques qui sont entre-temps devenus disponibles. 

Les formes de comportement que le modèle montre n'ont pas beaucoup changé de ce fait. Le principal message de l'édition original de 1972 n'a pas été invalidé par les faits nouveaux qui ont été ajoutés entre 1972 et 2004.

Cependant, en 1972, il y avait beaucoup plus d’options disponibles pour éviter l'effondrement qu’il n’y en a d’encore disponibles aujourd'hui. La fenêtre d'opportunité se referme rapidement, et jusqu'à maintenant, il semble que nous avons toujours choisi des voies menant à l'effondrement.

Permettez-moi d'essayer d'expliquer pourquoi cela est le cas. À cette fin, je vais employer un modèle plus ancien du monde, monde2, créé par Jay Forrester et décrit dans son livre intitulé 1971 Dynamique mondiale . J'utilise ce modèle parce qu'il est plus simple et s'adapte sur un seul graphique. Voici le modèle :




Le modèle contient cinq "niveaux" (variables d'état), représentée dans le shema comme des boîtes rectangulaires bleues, représentant la population, la pollution, les ressources naturelles non-renouvelables, l'argent investi dans les économies du monde, et le pourcentage de cet argent investi dans le secteur agricole.

Chacun de ces niveaux a un flux d’entree et un flux de sortie, représentée dans le modèle par des symboles de robinet bleu, où l’etat est dérivée de la différence entre les entrées et sorties. Ces "taux" variables sont eux-mêmes des fonctions non-linéaires statiques des états des variables et autres auxiliaires (algébrique).

Vérifions ce qui se passe si nous faisons varier la vitesse à laquelle les ressources naturelles non récupérables (comme les combustibles fossiles) s'épuisent. Nous allons définir un «indice de performance», de chaque comportement du modèle. Nous souhaitons en effet conserver la valeur de HDI du monde la plus élevé possible, tout en punissant les variations négatives de la population. Nous voulons un niveau de vie élevé tout en évitant les mortalités excessives.

Cinq scénarios différents sont présentés ci-dessous. L'indice de performance est tracée au fil du temps.



Le plus vite nous utilisons les combustibles fossiles qui reste, le mieux c'est. La raison en est que, après la fin du pétrole bon marché le modèle de croissance exponentielle ne peut pas être conservée plus longtemps. Le plus tôt nous sortons du modèle de croissance exponentielle, mieux nous serons sur le long terme.

Deux des scénarios, le bleu et le rouge, sont marques par une forte mortalité au bout de l'an 2040. 
Les trois autres scénarios évitent la chute de population. C'est pourquoi nous devons éviter que les scénarios bleu et rouge deviennent notre futur. Pourtant, ce sont précisément les scénarios qui offrent les meilleurs perspectives à court terme.

Comme les forces du marché optimisent toujours avec un horizon à court terme de deux ans ou moins, nos politiciens et chefs d'entreprise seront invariablement amenés a embrasser les scénarios bleu ou rouge, et, par conséquent, nous nous rencontrerons notre déchéance , les yeux fermés.


Les conséquences de l'effondrement :

Qu'est-ce que l'effondrement implique? GliderGuider a démontré dans un récent article publié sur The Oil Drum que, dans le but de "réaliser" une réduction de la population mondiale de 7000 à 1000 million d'ici quelques décennies, cela signifierait le maintien d’ un taux de décès annuel de plus de 3% ou " mieux »sur une période de temps prolongée.

Penchons-nous sur L'Irak, par exemple. Nous lisons tous les jours, environ 100 irakiens meurent d'une mort violente. Multiplié par 365 jours, nous obtenons 36 500 irakiens morts chaque année. Multiplié par quatre années depuis l'invasion, nous obtenons 146 000 irakiens morts. Pourtant, nous lisons que le véritable nombre d'Irakiens qui sont morts depuis l'invasion est plus proche de 600.000. Ce serait quatre fois plus nombreuses. Bon, alors, probablement, les décès quotidiens sont peu signalés et, en réalité, le nombre d'Irakiens qui meurent d'une mort violente chaque jour est plus proche de 400. Alors maintenant, nous avons 600 000 morts irakiens en 4 ans, c'est à dire 150 000 morts irakiens par année. L'Irak a une population de 27.000.000. Cela donne un taux de décès annuel de plus de 0,56%.
Afin d'obtenir un taux de mortalité annuel de plus de 3% ou "mieux", nous aurions besoin, à l'échelle mondiale, d’une situation qui est pire que celle de l'Irak d’aujourd’hui par un facteur six, et nous aurions besoin de maintenir ces conditions pendant 50 ans de suite.

Penchons-nous sur les statistiques de la population mondiale de 20 ème siècle :

Qu'est-il arrivé pendant la Seconde Guerre-I et WW-II? En dépit des horreurs de ces guerres, la population mondiale ne cesse de croître. Toutes les horreurs de ces guerres n'ont même pas fait une brèche.
Qu'en est-il de la grippe espagnole de 1918? Nous ne savons pas exactement combien de personnes sont mortes de la grippe qui, mais d'après nos meilleures estimations, environ 50.000.000 personnes sont mortes de la grippe durant l'hiver de 1918. Cela correspond à 2,5% de la population mondiale. Alors pour une fois, nous avons été proche du chiffre «cible» de 3%, et pourtant, il cela n’a même pas laissé une brèche dans la courbe, parce que nous n'avons pas conserve ce taux assez longtemps.

Même Adolf Eichmann a dû apprendre que tuer des millions de personnes et se débarrasser de leurs cadavres est un travail très dur. Réduire notre population de 6000 à 1000 million en 75 ans, c'est l'enfer arrivé sur Terre.

Comment l'effondrement peut-il être évité?

Il y a un vieux proverbe: lorsque vous êtes déjà dans un trou, arrêtez de creuser. Nous avons montre que nous consommons déjà une empreinte écologique plus importante que celle fournie par la planète Terre d'une manière durable. Ainsi, l'augmentation de notre population ne peut que nous blesser.

Afin d'éviter l'effondrement, nous avons besoin de sortir du modèle de croissance exponentielle aussi vite que nous le pouvons. Nous devons nous comporter comme si les combustibles fossiles était déjà devenu pratiquement inaccessible et n’utiliser cette denrée précieuse qu’uniquement à des fins où ils sont absolument essentiels et pour nous aider à créer une infrastructure énergétique durable pour l'avenir.

Une telle approche va immédiatement nous rendre plus pauvres. Ce sera inconfortable, mais rappelez-vous, cela se produira tôt ou tard de toute façon, qu'on le veuille ou non, et plus nous continuons dans notre modèle de croissance exponentielle actuel , le plus douloureux l'ajustement ultérieur sera.

En acceptant la transition maintenant, nous allons la rendre beaucoup plus facile, parce que, dès maintenant, les combustibles fossiles sont encore disponibles pour nous aider à tricher. Lorsqu'une transition dur est trop douloureuse, nous pouvons faire une transition douce. Quand les combustibles fossiles peuvent nous aider à créer les conditions d’une vie meilleure dans le futur, nous pouvons toujours les utiliser. Enfin, en nous sevrant de notre dépendance volontairement aujourd'hui, nous prolongeons sensiblement la disponibilité des ressources .

Il s'agit d'un médicament amer, sans doute. Pouvons-nous en comprendre la nécessité? vous pariez ! Cela arrivera-t-il ? Je n’en vois pas le moindre signe.

0 commentaires:

Publier un commentaire